Immo

Les différentes formes de l’épargne immobilière

L’épargne immobilière comprend tous les investissements immobiliers. La majorité de ces investissements concernent des immeubles d’habitation, de bureaux ou de commerces. Il existe plusieurs solutions pour investir dans l’épargne immobilière, découvrez-les dans cet article.

Lire également : Quels sont les travaux urgents ?

L’épargne immobilière en direct

Investir directement dans un bien immobilier locatif est une bonne opportunité pour diversifier et consolider son patrimoine. Mais, à condition de bien choisir son investissement, sa formule de location et les bonnes options fiscales.

L’investissement dans un logement locatif à usage d’habitation est le plus accessible pour les particuliers. Il existe un large choix de logements neufs ou anciens. Du studio de 20 m2 dans un immeuble à la maison individuelle de 100 m2.

A lire en complément : Investissement immobilier : Quels sont les meilleurs quartiers pour un investissement immobilier rentable à Barcelone ?

Vous pouvez choisir la formule de location la plus adaptée à votre situation fiscale et patrimoniale. Par exemple, la location nue (non meublée), qui garantit essentiellement une certaine stabilité du loyer ou la location meublée, qui offre généralement une meilleure rentabilité, un régime fiscal et des conditions de location plus souples. Cependant, la location meublée entraîne également des changements de locataires plus fréquents. Les pouvoirs publics encouragent les Français à investir dans le logement locatif.

Aujourd’hui, la loi Pinel permet l’achat d’un bien locatif neuf, et la loi Denormandie encourage l’achat d’un bien locatif ancien. Ces 2 lois vous permettent de bénéficier de réductions d’impôts allant jusqu’à 21% du prix d’achat avec un plafond de 300 000 €. Mais à condition de louer le bien pendant 12 ans. Et de respecter certains critères liés à l’investissement et au loyer des locataires. Par ailleurs, l’investissement immobilier est le seul investissement qui peut être réalisé à crédit, en utilisant l’effet de levier.

L’épargne immobilière ou pierre papier

Avec une petite mise de fonds, vous pouvez vous constituer une épargne immobilière par le biais d’une société civile de placement immobilier. Vous pouvez réaliser ce type d’épargne avec Primonial Immobilier.

Cette dernière collecte des fonds auprès des épargnants pour acquérir et gérer des biens immobiliers. Ces biens peuvent être à usage d’habitation ou commercial.

En souscrivant des parts de Sicafi, vous accédez à une partie d’un portefeuille immobilier diversifié, en commun avec d’autres investisseurs. Ainsi, vous pouvez percevoir des revenus locatifs et réaliser des plus-values potentielles. Les fonds immobiliers sont gérés par des professionnels qui doivent respecter une réglementation spécifique. Notamment, en termes de répartition des risques et de transparence vis-à-vis des investisseurs.

Les fonds immobiliers commercialisés en France sont soumis à l’agrément et au contrôle de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Les fonds immobiliers destinés aux particuliers se divisent en 3 grandes catégories :

1. Les OPCVM immobiliers

Les fonds immobiliers font partie des fonds d’action selon la classification de l’AFM. Ils sont principalement investis dans des sociétés cotées opérant dans le secteur de l’immobilier. Telles que les sociétés foncières, les SIIC, les sociétés d’aménagement et de construction ou les sociétés de services immobiliers. Ces sociétés peuvent être cotées à Paris ou sur d’autres places financières européennes ou mondiales.

Ces OPCVM peuvent prendre la forme d’une Société d’Investissement à Capital Variable (SICAV) ou d’un Fonds Commun de Placement (FCP).

En outre, les OPCVM immobiliers existent sous la forme d’ETF (Exchange Trade Funds) indexé sur certains indices immobiliers.

2. OPCIs

Les OPCI ont pour objet principal d’investir dans des immeubles locatifs qu’ils détiennent directement ou indirectement.

Les différents OPCI

Il existe deux catégories d’OPCI : les sociétés de placement à prépondérance immobilière à capital variable (SPPICAV) et les fonds de placement immobilier (FPI).

Les SPPICAV sont des sociétés à capital variable. Tout investisseur qui achète des actions de ces organismes devient actionnaire et peut exprimer son avis sur la gestion de la société lors des assemblées générales.

Les FPI sont des copropriétés sans personnalité morale. Les investisseurs sont détenteurs de parts et non d’actions. Contrairement aux actionnaires de la SPPICAV, ils n’ont aucun droit de contrôle, de décision ou d’intervention dans la gestion du fonds.

3. Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI)

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) sont des organismes de placement collectif ayant pour objet l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier à des fins locatives.

La gestion de ces actifs est confiée à une société de gestion qui est chargée de louer les biens et de les entretenir pour le compte des porteurs de part.

Les porteurs de parts perçoivent des revenus réguliers. Ces revenus correspondent à une quote-part des loyers perçus, après déduction de diverses charges (frais d’entretien et de gestion locative, travaux…).

Les différentes SCPI

En fonction de la nature de leur patrimoine, il existe deux grands types de SCPI.

1. Les SCPI d’entreprises

Elles détiennent un patrimoine composé d’immeubles à usage commercial : bureaux, entrepôts, locaux commerciaux, magasins, etc.

2. Les SCPI d’habitation

Elles sont investies dans des appartements ou des maisons individuelles. Au sein de cette catégorie de SCPI, on peut distinguer :

– les SCPI de plus-value qui ont pour objectif d’augmenter la valeur de leur patrimoine.

– Les SCPI fiscales qui permettent aux souscripteurs de bénéficier d’une économie d’impôt, en contrepartie d’un engagement de conservation des parts.

Article similaire