Assurer

Délégation d’ssurance emprunteur, comment ça marche ?

Au cours des dix dernières années, entre 2007 et 2017, la part de la délégation de l’assurance emprunteur sur le marché hypothécaire n’a pas changé. La part de marché des assureurs reste à environ 15 %. Il ne s’agit pas d’imaginer un renversement du marché. Mais le droit de changer annuellement introduit par l’amendement Bourquin depuis janvier 2018 permettra inévitablement aux assureurs de reprendre le contrôle. Et, bien sûr, les contrats qui sont concurrentiels avec l’assurance-crédit des banques gagneront du terrain.

Lois Lagarde et Hamon mauvaise performance pour la délégation d’assurance emprunteurs

Selon les derniers chiffres de l’Association Française des Assurances (FFA) , le volume des cotisations d’assurance crédit immobilier a augmenté entre 2016 et 2017, les primes payées par les assurés s’élevant à 6,74 milliards de dollars l’année précédente.Sans surprise, la distribution offre un très grand avantage pour les contrats bancaires par rapport à la délégation de l’assurance emprunteur :

A lire en complément : Guide rapide de la garantie décennale

  • Contrats degroupe (contrats bancaires) : 84,4% en 2016 et 84,71% en 2017
  • Contrats délégués (contrats d’assurance) : 15,6 % en 2016 et 15,29 % en 2017.

Il convient de noter que ce dernier a diminué sur un an par rapport au premier et a augmenté en termes absolus (1 milliard d’euros en 2016 contre 1,03 milliard d’euros en 2017). Ce qui est dommageable, c’est le site de ladélégation d’assurance de dix ans malgré l’arsenal législatif en vigueur depuis septembre 2010 (loi Lagarde, loi Hamon en juillet 2014). En 2007, 14,8 % du total des contributions représentaient un volume de 643 millions d’euros.

En 2017, les contributions auL’assurance des prêts immobiliers, y compris les contrats bancaires et externes, s’est élevée à 6,74 milliards d’euros, soit 0,52 % de l’encours des prêts immobiliers (1 292 milliards d’euros).

A lire aussi : L’assurance habitation est-elle obligatoire pour les propriétaires ?

La FFA (Association Française des Assurances) fixe le montant totaldes contributions des contrats d’assurance crédit pour 2017 à 9,1 milliards d’euros , dont 74 % de prêts immobiliers. Les prêts à la consommation et les prêts professionnels se partagent le volume restant (respectivement 20 % et 6 %).

La garantie de perte d’emploi toujours très marginal

Logiquement,la garantie de décès totalise la grande majorité des cotisations versées en 2017  : 4,76 milliards d’euros, soit près de 71 %. 27% des primes (1,84 milliard d’euros) et la garantie des pertes, les 2 % restants (140 millions d’euros).

Par rapport à 2016, les cotisations au titre des prestations d’invalidité et d’invalidité ont augmenté de 5 % et de 4 % pour les prestations de décès. La perte de la garantie de travail est réduite de 3%.

Ouverture du marché grâce au changement de Bourquin

Les chiffres de la délégation seront-ils meilleurs en 2018 ? Cela peut être anticipé légalement avec l’entrée en vigueur de la taxe de remplacement annuelle depuis le 1er janvier 2018. Toutes les conditions sont réunies pour faciliter une concurrence saine et transparente à la suite de la récente publication par la Fédération Bancaire Française de Good Professional Use, quiclarifie la détermination de la date d’échéance .

En conclusion

C’ est donc le bon moment pour obtenir un intérêt précis dans votre assurance-crédit. En fait, tout l’arsenal est à votre disposition pour vous permettre de renégocier, comparer et choisir. C’est un excellent moyen d’augmenter votre budget en particulier pour les prêts en cours. La délégation de l’assurance crédit est une véritable solution et peut également vous permettre depour améliorer la couverture avec des garanties qui n’ont pas été mentionnées au moment de la négociation de votre projet immobilier. C’est bien sûr le cas de parler avec nos équipes, qui continueront à être mobilisées pour vous fournir une solution financièrement avantageuse et une couverture adaptée à vos besoins.

C’ est très simple, prenez votre tableau d’amortissement, calculez le nombre d’échéances restantes, multipliez par le montant de vos cotisations d’assurance emprunteur. Sur notre comparateur, (cliquez sur « offre gratuite » ci-dessous) faites votre simulation et entré dans le montant emprunté, bien sûr, le capital restant dû s’il s’agit d’une reprise de votre prêt. Commencez le calcul ! Donc nous sommes plus chers ou moins chers que votre assurance ?

26 avril 2020
Show Buttons
Hide Buttons

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Merci!